Page:Paul Sébillot - Littérature orale de la Haute-Bretagne.djvu/87

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


quin, le Petit Bossu ; H. Carnoy, Webster, le Merle blanc), se mettent en route en même temps. Arrivés à un carrefour, ils se séparent, et il n’est plus guère question dans le conte que du petit roi Jeannot.

L’épisode du mort privé de sépulture, et que le petit roi Jeannot fait enterrer décemment (Cf. Souvestre, l’Heureux Mao ; Webster, le Merle blanc, Jean de Calais), ne se retrouve pas dans le Merle d’Or, où l’intervention du lièvre n’est pas motivée : il y a là sans doute une lacune. Quand le jeune garçon a ôté le merle de sa vilaine cage et l’a mis dans la belle, il n’est point, comme dans le Petit roi Jeannot, jeté en prison ; mais on lui impose la tâche d’aller chercher la Porcelaine (Cf. Webster, le Merle blanc), qui remplace ici la Belle aux cheveux d’or gardée par un lion ; je ne sais pourquoi elle se nomme la Porcelaine. Le jeune homme se fait suivre d’elle après lui avoir, par le conseil du lièvre, caché ses vêtements. (Cf. Gubernatis, Mythologie zoologique, t. I, p. 225 ; t. II, p. 207 ; Brueyre, la Mermaid, et les citations des pages 258-261 ; la Montagne noire, conte picard, Mél., col. 448 ; Webster, la Dame Pigeon.)

Au lieu de se costumer en médecin, il se déguise en garçon d’écurie, et est reconnu par la Porcelaine et le Merle d’Or. (Cf. Cosquin, le Petit Bossu.)

L’aventure des ainés, qui s’arrêtent à l’auberge, se retrouve dans le conte basque de Webster, le conte de Carnoy, cités plus haut, dans le Petit Bossu de Cosquin, dans la Princesse grecque et le jeune Jardinier, conte irlandais de Kennedy, traduit par M. L. Brueyre, qui cite dans son commentaire plusieurs contes similaires.

Le renard joue un rôle de conseiller dans le Merle blanc de Webster, le Petit Bossu de Cosquin, le Merle blanc de Carnoy, la Princesse grecque et le jeune Jardinier ; Ohnivak, conte tchèque traduit par M. Chodzko ; dans ces contes, sauf dans le basque,