Page:Peguy oeuvres completes 01.djvu/225

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ment de leur feuillage habituel. Car il convient, me disait-il, que nos regards humains nous donnent humainement les images végétales des végétaux patients. Mais il ne convient pas que nos regards humains nous donnent d’eux sans appareil je ne sais quelle image mystérieuse, animale et radioscopée.

— Je le reconnais bien là. Il est toujours aussi extraordinaire.

— Mais il n’en est pas moins capable d’accepter la beauté de ce printemps. Vois, me disait-il, aucun arbre à fleurs, soigneusement et artificiellement cultivé par des jardiniers décorateurs, n’est aussi beau que les fleurs utiles des arbres à fruits. Quelle fleur de parade, quels catalpas, quels magnolias et quels paulownias sont aussi beaux que ce vieux poirier tout enneigé de ses flocons de fleurs ? Quel enseignement pour qui sait voir.

— Je le reconnais bien là : il déteste le langage figuré, mais il est passionné d’instituer des paraboles. Parfois il est extraordinairement sage, et souvent je me demande s’il n’est pas un peu fou. Croit-il toujours que l’on ne peut parler aux hommes sinon en instituant des dialogues.

— Il veut toujours instituer. Et c’est un spectacle touchant, lamentable et ridicule que celui de ce pauvre garçon qui ne sait pas bien comme il fera pour donner du pain l’année prochaine à sa femme et à ses enfants, mais qui attend comme une bête de somme que la vie ingrate lui laisse l’espace d’instituer des dialogues, des histoires, des poèmes et des drames ainsi que pouvaient le faire les auteurs des âges moins pressés.

— Il a toujours cette incapacité parfaite à sentir le ridicule ?