Page:Pelletan - Les Associations ouvrières dans le passé.djvu/108

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


quiètent. Elle se modifie dans le même sens ; parce qu’elle ne peut pas se modifier dans le sens de la liberté ; parce que les privilèges, dans une monarchie absolue, naissent naturellement.

De là, deux transformations qui altèrent, qui transforment le corps de métier.

1° Le pouvoir royal s’introduit dans le corps de métier. Il le crée ou le détruit. Il prend sa part des cotisations et des amendes. Il veut nommer les magistrats. Il veut nommer jusqu’aux patrons. Il surveille les ouvriers.

C’est le progrès lent et continuel de cette ingérance de l’État dans les corporations que nous suivrons dans la suite.

2° Un abîme se creuse entre le patron