Page:Pelletan - Les Associations ouvrières dans le passé.djvu/130

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


gieuses à vue d’œil[1]. Il est vrai que de temps à autre, le roi, sous prétexte de justice, mais sans justice aucune, leur fait rendre gorge, et vole à son tour ces grands voleurs. Mais rien n’en revient au peuple, bien entendu.

Telle fut cette machine gigantesque de la monarchie absolue ; toujours dévorante, toujours affamée ; épuisant le pays, et restant pauvre ; prenant la richesse de la France pour cinquante ans, sans assurer son lendemain.

Le résultat ! Il est facile à deviner. Le pays se meurt, le pays râle, le pays crie grâce en vain, sous cette épouvantable pression. L’industrie périt ; la campagne

  1. Sous Fouquet, au commencement du règne de Louis XIV, de 84 millions levés sur le peuple, 23, c’est-à-dire un peu plus du quart, arrivaient au trésor, et le reste était volé en route.