Page:Pelletan - Les Associations ouvrières dans le passé.djvu/155

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


trouve le travail manuel estimé, et le travailleur jaloux de ses droits.



Parmi les organisations qui témoignent de ces résultats, nous avons été amenés à parler du moyen âge. On se fait du moyen âge l’idée la plus fausse. On veut le considérer comme appartenant tout entière à la royauté et à l’Église. Il serait plus juste de la considérer, au moins à sa belle époque, comme une renaissance étouffée par la royauté et par l’Église.


Que de germes parurent alors qui n’ont pas pu se développer ! C’est le malheur de notre grande révolution, d’avoir été un effort vers la liberté abstraite ; de s’être trouvée