Page:Pergaud - La Guerre des boutons, 1912.djvu/151

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
151
la guerre des boutons


recoudre les boutons de ceux qui auront été faits prisonniers. Oui, il n’y a que toi.

– Oui, mais, si je suis pris, moi, par les Velrans, tout le trésor sera foutu.

– Alors, tu ne te battras pas, tu resteras en arrière et tu regarderas, faut bien savoir des fois faire des sacrifices, ma vieille branche.

– Oui, oui, Tintin trésorier !

Tintin fut élu par acclamations et, comme tout était réglé ou à peu près, on alla voir au Gros Buisson ce que devenaient les trois sentinelles que, dans la chaleur de la discussion, on avait oublié de rappeler.

Tétas n’avait rien vu et ils blaguaient en fumant des tiges de clématite ; on leur fit part de la décision prise, ils approuvèrent, et il fut convenu que dès le lendemain tout le monde apporterait à Tintin sa cotisation, en argent ceux qui pourraient, et en nature les autres.