Page:Perrault - Histoires ou contes du temps passé, avec des moralitez, 1697.djvu/125

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

dire d’où cela luy venoit. Elle luy conta toute son avanture. Le fils du Roi en devint amoureux, & considerant qu’un tel don valoit mieux que tout ce qu’on pouvoit donner en mariage à une autre, l’emmena au Palais du Roi son pere, où il l’épousa. Pour sa sœur elle se fit tant haïr, que sa propre mere la chassa de chez elle ; & la malheureuse aprés avoir bien couru sans trouver personne qui voulut la recevoir, alla mourir au coin d’un bois.