Page:Perrault - Histoires ou contes du temps passé, avec des moralitez, 1697.djvu/142

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
132
Cendrillon.

noissoit point, courut la recevoir ; il luy donna la main à la deſcente du caroſſe, & la mena dans la ſalle où eſtoit la compagnie : il ſe fit alors un grand ſilence ; on ceſſa de danſer, & les violons ne joüerent plus, tant on eſtoit attentif à contempler les grandes beautez de cet inconnuë : on n’entendoit qu’un bruit confus, ha, qu’elle eſt belle ! Le Roi même tout vieux qu’il eſtoit, ne laiſſoit pas de la regarder, & de dire