Page:Perrault - Histoires ou contes du temps passé, avec des moralitez, 1697.djvu/144

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
134
Cendrillon.

encore davantage. On apporta une fort belle collation, dont le jeune Prince ne mangea point, tant il eſtoit occupé à la conſiderer. Elle alla s’aſſeoir auprés de ſes ſœurs, & leur fit mille honneſtetez : elle leur fit part des oranges & des citrons que le Prince luy avoit donnez ; ce qui les eſtonna fort, car elles ne la connoiſſoient point. Lorſqu’elles cauſoient ainſi, Cendrillon entendit ſonner onze heures trois