Page:Perrault - Histoires ou contes du temps passé, avec des moralitez, 1697.djvu/189

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

tion, & sur toutes les bonnes qualitez de son ame & de son esprit, ne vit plus la difformité de son corps, ny la laideur de son visage, que sa bosse ne lui sembla plus que le bon air d’un homme qui fait le gros dos ; & qu’au lieu que jusqu’à lors elle l’avoit vû boitter effroyablement, elle ne lui trouva plus qu’un certain air penché qui la charmoit ; ils disent encore que ses yeux qui estoient louches, ne luy en parurent que plus