Page:Perrault - Histoires ou contes du temps passé, avec des moralitez, 1697.djvu/206

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

à Table, & mangerent d’un apetit qui faisoit plaisir au Pere & à la Mere, à qui ils racontoient la peur qu’ils avoient euë dans la Forest, en parlant presque toûjours tous ensemble : Ces bonnes gens étoient ravis de revoir leurs enfans avec eux, & cette joie dura tant que les dix écus durerent ; mais lors que l’argent fut dépensé ils retomberent dans leur premier chagrin ; & résolurent de les perdre encore, & pour ne pas