Page:Perrault - Histoires ou contes du temps passé, avec des moralitez, 1697.djvu/208

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

la Bucheronne leur ayant donné à chacun un morceau de pain pour leur déjeuné, il songea qu’il pourroit se servir de son pain au lieu de cailloux, en le jettant par miettes le long des chemins où ils passeroient : il le serra donc dans sa poche. Le Pere & la Mere les menerent dans l’endroit de la Forest le plus épais & le plus obscur, & dés qu’ils y furent ils gagnerent un faux-fuyant & les laisserent là. Le Petit Poucet ne s’en chagrina pas beaucoup,