Page:Petit - De la vipère et des moyens de remédier à sa morsure.djvu/4

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Chercher dans le suivant à étudier les piqûres, les phénomènes symptomatiques qui les accompagnent, le pronostic et le traitement ; c’est là ce que j’avais à faire.

Si le désir d’arriver par le travail et le zèle dans les recherches doivent, comme je le pense, attirer la bienveillance des appréciateurs, j’ose espérer qu’ils accorderont à mon expérience encore jeune, toute l’indulgence qu’elle peut réclamer.

Toulouse, le 20 juin 1869.

J. PETIT.