Page:Petitot - Collection complète des mémoires relatifs à l’histoire de France, 1re série, tome 33.djvu/496

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mis ; depuis laquelle prise le baron se retira avec ses galères en Broüage, port auquel les Anglois et Allemands avoient accoustumé de descendre pour prendre du sel, en payement duquel ils donnoient d’autres marchandises aux huguenots, lesquels par ce moyen en recevoient grande commodité.

Quelque temps après, Puy-Gaillard, gouverneur d’Angers, commandant trois à quatre mille hommes de pied et trois cens chevaux, suivant le pouvoir et commission de Sa Majesté, au lieu du comte du Lude, assisté de Puytaillé, Rochebaritaut et Fervacques, qui commandoit à Fontenay, fit diverses entreprises sur La Rochelle ; lesquelles ne pouvant reussir, delibera, pour accourcir leurs vivres, et leur oster toutes provisions, de faire dresser nombre de forts es bourgades à une et deux lieues autour de la ville ; mais La Nouë, qui y commandoit, luy fit avorter ses desseins ; et, averty de la mort de Puytaillé, le jeune, gouverneur de Marans, sçachant qu’il y avoit peu de gens pour la defense de cette place, par le changement d’un nouveau gouverneur, domestique du mareschal de Cosse, la reprit et y restablit Pivaut avec son régiment, ensuite de laquelle, après la prise de Luçon, Langon, La Greve, Mareuil et autres petites places, il reconquist les Sables d’Olone, lieu qui auparavant servoit de retraite et port asseuré aux catholiques, qui y avoient une quantité de vaisseaux et d’artillerie avec beaucoup d’autres biens : plus de trois cens y furent tuez, et Landreau, qui y commandoit, fut mené prisonnier à La Rochelle, auquel l’on eust fait mauvais party si Sa Majesté n’eust fait escrire en sa faveur pour lui sauver la vie.