Page:Petrović-Njegoš - Les Lauriers de la montagne, trad. Veković, 1917.djvu/174

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ÉVÊQUE DANILO


Raconte, fils, le plus vite que tu pourras.


JEUNE HOMME


Quand nous apprîmes la bataille de Cettigné,
et comment les Turcs furent anéantis,
Serdar Yanko expédia de suite
deux envoyés aux Turcs de Riéka :
« qui ne veut pas cracher sur le Koran,
« qu’il se sauve où il pourra ! »
Les Turcs ont retenu les deux envoyés
et les ont pendus tous les deux à Obod.
Pour cela Serdar appela toute la région
et tout le monde courut vers Riéka,
mais en vain, — tous les Turcs étaient partis
en bateau, vers Scutari blanche ;
Bogdan a couru plus vite que nous tous
et a tué le Kadi de Riéka.
Serdar voulait venir avec les notables
te raconter tout comment cela est arrivé,
mais ils ne peuvent pas venir :
ils démolissent la forteresse d’Obod,
la mosquée et toutes les maisons turques,
pour que la ville n’empeste pas d’infidèles !