Page:Pierre Le Loyer - La Néphélococugie, édition de 1869.djvu/64

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
52
la comédie

Est plus hault en authorité.
Si ne pensons-nous que vous estes
Autres que simples et honnestes,
Et que toy qui es sage et meur,
Vueilles user de menterie,
De finesse, et de tromperie,
Propres au dissimulateur.
Ainsi conseille-nous sans feinte,
Quelles machines inventant,
Nous rendrons la grand force esteinte
De Priape qui nous hait tant.


Genin

Devant jamais que Priape eust naissance,
Desjà Cocus vous estiez en essence.


Chœur

Nous en essence ?


Genin

Nous en essence ? Il est tout asseuré.


Chœur

Cela vrayment nous avions ignoré.


Genin

Vous n’avez leu aussi aux bons poëtes
Qui vont chantant dans leurs fables secrettes,
Qu’en mesme temps, mesme heure, mesme jour,
Feurent esclos les Cocus et l’Amour.
Les Dieux alors ne regnoient point encore,
Venus aussi qu’en Paphos on adore,
Prise d’Amour n’avoit du Dieu Bacchus
Conçeu Priape ennemy des Cocus,
Et ne l’avoit dans les champs d’Abarnie,
Si tost qu’il eust en ce monde pris vie,