Page:Pierre de Coubertin - Universités transatlantiques, 1890.djvu/42

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
33
autour de new york.

testament et Lawrenceville s’est trouvé soudain posséder plusieurs millions de dollars ; situation très favorable à coup sûr, mais dont il fallait encore savoir tirer parti. Les administrateurs et le directeur ne se sont pas laissés entraîner par la passion de « faire grand », passion si puissante en Amérique ; ils n’ont pas rêvé des merveilles d’architecture ou une armée d’élèves ; ils se sont contentés de faire de la place pour un maximum de 300 élèves et de rendre les constructions aussi pratiques et attrayantes que possible.

Les enfants entrent vers douze ans, rarement avant ; ils passent un examen d’entrée sur la grammaire anglaise, la géographie, l’arithmétique ; autant que possible, on désire qu’ils aient déjà fait un peu de latin. Dans les deux classes inférieures, ils font leurs devoirs et apprennent leurs leçons tous ensemble, sous l’œil d’un maître ; au delà, ils travaillent librement. Il y a trois sections : classique, scientifique, anglaise. Pour la première classe (first form), les trois sections ont le même programme, à savoir : latin, anglais, arithmétique, algèbre, physiologie et hygiène, dessin et