Page:Pierre de Coubertin - Universités transatlantiques, 1890.djvu/59

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
50
universités transatlantiques.

dans une situation de notoire infériorité par rapport à ses sœurs. Je ne parlerai pas seulement des dangers que les grandes cités font courir à la jeunesse, parce que d’une part les jeunes gens qui veulent travailler savent bien le faire dans les villes, et que de l’autre ceux qui veulent s’amuser y réussissent parfois dans les bourgades ; mais le travail n’est pas tout dans une éducation universitaire et ces étudiants disséminés çà et là, vivant séparément, perdus dans le brouhaha de New York, ne peuvent retirer de leur stage de quatre années les avantages moraux et sociaux qu’une organisation différente leur assurerait.

Columbia possède une école des mines, une école de médecine, une école de droit, une faculté dite « des arts » et une faculté des sciences politiques. Diverses associations et corporations de New York jouissent du privilège d’y faire entrer gratuitement un certain nombre de jeunes gens. Il y a, d’ailleurs, des bourses de la valeur de 100 dollars (500 francs) chacune et des fellowships.