Page:Pirenne - Histoire de l’Europe, des invasions au XVIe siècle.djvu/378

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


avec Venise, car le Danube n’est pas une voie commerciale à partir de Vienne. De plus, il n’y a guère d’industrie d’exportation en dehors des métaux de Bohême et du Tyrol.

Au centre, pas de villes importantes. En somme, le pays, pour la plus grande partie, est encore rural. II a besoin de l’extérieur qui n’a pas besoin de lui. Les Pays-Bas se détournent vers l’ouest.

Quant aux villes maritimes du nord, elles ne prennent guère de part à la vie allemande de l’intérieur. Jusqu’au milieu du xive siècle, c’est le Rhin et le sud qui restent la vraie Allemagne. Mais il y a depuis un moment, et déjà sporadiquement avant, avec Rodolphe de Habsbourg, un balancement vers l’est. Il se manifeste en plein avec le Luxembourg. Les pays slaves se prêtent à une absorption politique. Il n’y a plus de colonisation, mais il y a orientation dynastique vers l’est, qui, au même moment, produit chez ces peuples un choc en retour contre l’Allemagne.

II. — Les États slaves et la Hongrie

Au moment où les peuples slaves apparaissent dans l’histoire, ils occupent la région qui s’étend de la Haute-Vistule et des Carpathes au Dniéper. Dans le courant du Ve siècle, à la suite du glissement général des Germains, leurs voisins de l’ouest vers l’Empire romain, ils s’avancèrent à leur suite et occupèrent les territoires délaissés par eux. Les Polonais s’installèrent dans le bassin de la Vistule ; les Wendes se répandirent de l’Elbe à la Mer Baltique ; tandis que les Tchèques prenaient possession de la Bohême et de la Moravie. D’autres, se dirigeant vers le sud-ouest, colonisèrent la vallée du Danube et pénétrèrent profondément en Thrace aux dépens de l’Empire grec : ce sont les Bulgares, les Serbes, les Croates et les Slovènes. Quant aux Slaves restés dans l’est, que leur position sur le Dniéper plaçait en travers de la route commerciale qui relie Byzance aux régions du nord, ils tombaient au ixe siècle, on l’a vu plus haut, sous la domination des Vikings Scandinaves mi-marchands et mi-guerriers dont ils reçurent leur nom de Russes. Kiev, où s’établit sous le nom de « Grand Prince », l’aîné de la dynastie de Rurik, devint le centre d’un groupement politique de principautés secondaires qui s’étendit du Novgorod aux bords de la Mer Noire.

L’organisation économique de ce pays présente un caractère qui