Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/1005

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

verait jamais dans la multitude de ses chevaux, la pompe de ses équipages de guerre, ou dans ses nombreux trésors, de plus grands avantages que dans la fidélité de vertueux amis. Et quant à Éraste et à Corisque, ils ont beau posséder la plus belle des sciences, celle des idées, j’use du droit de mon âge pour leur rappeler qu’il leur manque la science de se défendre [322e] contre l’injustice et la méchanceté. Ils sont sans expérience, parce qu’ils ont passé une grande partie de leur vie avec nous qui ne sommes pas méchants. Je dis donc qu’il leur faut un appui pour qu’ils ne soient pas contraints d’abandonner l’étude de la vraie sagesse et de consacrer trop de temps à apprendre la sagesse du monde qui est nécessaire. Or, cette force dont vous avez besoin, il me semble qu’Hermias la possède merveilleusement, [323a] tant par les qualités naturelles dont il est doué que par l’expérience qu’il a acquise. Que veux-je dire ? Pour toi, Hermias, comme je connais mieux que toi Éraste et Corisque, je te déclare, je t’annonce, je t’atteste que tu ne trouveras pas aisément des hommes plus dignes de confiance que tes voisins ; et je te conseille de t’attacher à eux de toutes les manières et de ne jamais les négliger. De même je conseille à Corisque et à Éraste de s’attacher à leur tour à Hermias. Enfin, vous devez tous vous efforcer par [323b] votre affection mutuelle de resserrer le lien de l’amitié qui vous unit. Mais si l’un de vous venait à rompre cette union, car l’inconstance est un vice de la nature humaine, envoyez ici à moi ou à mes amis une lettre qui dénonce le coupable ; et j’espère que la justice et la modération de nos réponses sauront mieux que les enchantements vous rapprocher et renouer les liens de votre ancienne amitié, à moins que le motif de votre querelle [323c] ne soit trop grave. Si nous nous montrons ainsi tous véritablement philosophes, et