Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/1079

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

L’ami. Évidemment.

Socr. Or, le juste était juste par la science.

L’ami. Oui.

Socr. Donc, l’injuste est injuste par ignorance.

L’ami. Cela est clair.

Socr. Il semble donc que ce que nos ancêtres nous ont laissé sous le nom de science est la justice, et sous le nom d’ignorance l’injustice.

L’ami. Il semble.

Socr. Est-on ignorant volontairement ou involontairement ?

L’ami. Assurément.

Socr. On est donc injuste involontairement.

L’ami. Cela est certain.

Socr. Mais les injustes sont méchants.

L’ami. Oui.

Socr. On est donc involontairement méchant et injuste.

L’ami. Sans contredit.

Socr. Et les injustes, ils font ce qui est injuste parce qu’ils sont injustes.

L’ami. Oui.

Socr. Ils le font donc par quelque chose d’involontaire.

L’ami. Tout-à-fait.

Socr. Or, ce qui est volontaire ne se fait pas par ce qui est involontaire.

L’ami. C’est impossible.

Socr. Mais c’est parce qu’on est injuste que l’on fait ce qui est injuste.

L’ami. Oui.

Socr. Et l’injuste est involontaire.

L’ami. Involontaire.

Socr. C’est donc involontairement qu’on fait ce qui est injuste et qu’on est injuste et méchant.