Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/287

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tenant en examinant non pas toutes les idées, de peur de nous perdre dans cette multitude, mais quelques-unes choisies parmi celles que l’on appelle les plus grandes; considérons d’abord ce quelles sont chacune à part, ensuite jusqu’à quel point elles sont susceptibles d’être associées les unes avec les autres, afin que si nous ne pouvons pas obtenir une connaissance parfaitement claire de l’être et du non-être, du moins nous ne nous trouvions pas dans l’impossibilité d’en rendre compte, dans les limites mêmes de la question que nous nous sommes posée, celle de savoir si nous pouvons dire impunément du non-être qu’il est réellement sans existence.

THÉÉTÈTE.

C’est ce qu’il faut faire.

L’ÉTRANGER.

De tous les genres dont nous avons parlé tout à l’heure, les plus grands sont l’être lui-même, le repos et le mouvement.

THÉÉTÈTE.

Sans contredit.

L’ÉTRANGER.

Nous avons dit que les deux derniers ne peuvent pas être mêlés l’un avec l’autre ?

THÉÉTÈTE.

Oui.