Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/291

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qui est il y a des choses dont on parte comme étant en elles-mêmes, et des choses dont on ne parle que relativement à d autres ?

THÉÉTÈTE.

Assurément.

L’ÉTRANGER.

Or autre ne se dit que relativement à quelque chose d’autre. N’est -il pas vrai ?

THÉÉTÈTE.

Oui.

L’ÉTRANGER.

C’est cet qui ne pourrait être si l’être et l’autre n’étaient pas entièrement différents; car si l’autre se disait, comme l’être, de ces deux manières, parmi les choses autres il y en aurait qui seraient autres sans rapport à aucune autre. Mais nous venons de vairon en général tout ce qui est autre n’est tel que comme autre que quelque autre chose.

THÉÉTÈTE.

Tu as raison.

L’ÉTRANGER.

Il faut donc considérer l’autre comme la cinquième des idées que nous avons choisies.

THÉÉTÈTE.

Oui.

L’ÉTRANGER.

Et nous dirons qu’elle est répandue dans tou-