Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/419

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tique, lui-même, ou plutôt pour devenir plus habiles dialecticiens sur tous les sujets ?

LE J. SOCRATE.

Il est aussi très évident que c’est pour être plus habiles sur toute espèce de sujets.

L'ÉTRANGER.

Certes il n’y a pas un homme de sens qui voulût rechercher la définition de l’art du tisserand pour cette définition même. Mais ce qui a échappé, ce me semble, au plus grand nombre, c’est que pour certaines choses il y a des images sensibles, aisées à comprendre, qu’il est commode de présenter lorsque quelqu’un demande la raison d’une chose et qu’on veut la lui faire connaître sans aucune peine et même sans aucune explication raisonnée ; mais qu’au contraire pour les choses grandes et relevées il n’existe point de ces simulacres qui mettent l’évidence sous les yeux des hommes, et qu’il suffise de présenter à celui qui vous interroge, quand vous voulez le satisfaire, en s’adressant à quelqu’un de ses sens. Il faut donc travailler à nous rendre capables d’expliquer et de comprendre nous-mêmes toute chose par la raison. Car c’est par la raison seulement, et par aucun autre moyen, que se manifestent clairement les choses incorporelles, qui sont aussi les plus grandes et les plus belles ; et