Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/470

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


précieux et à peu près de la même nature. De ce nombre sont évidemment la science militaire, la jurisprudence, et cet art de la parole qui participe de la puissance royale, et l’aide à diriger les affaires dans les États en persuadant la justice. C’est quand on aura fait cette séparation, de façon ou d’autre, qu’on fera paraître aisément à nu et réduit à lui-même celui que nous poursuivons.

LE J. SOCRATE.

Il est évident qu’il faut chercher quelque moyen d’y parvenir.

L'ÉTRANGER.

Et en le cherchant nous le découvrirons. C’est par la musique qu’il faut essayer de le faire connaître. Dis-moi donc ?

LE J. SOCRATE.

Quoi ?

L'ÉTRANGER.

Il y a un apprentissage de la musique, et en général de tous les arts qui tiennent à l’adresse des mains ?

LE J. SOCRATE.

Oui.

L'ÉTRANGER.

Mais, dis-moi encore : est-ce aussi une science celle qui nous enseigne si nous devons apprendre ou non quelqu’un de ces arts, et une science qui ait du rapport à ces arts, ou bien que dirons-nous ?