Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/533

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



PAGE 308, — C’est-à-dire ce qui est autre que ce qui est sur ton compte. BEKKER, p. 229.

Il m’a été impossible de ne pas adopter, avec tous les critiques, la correction de Gornarius, όντων pour ὄντων, malgré l’unanimité des manuscrits.

PAGE 310. — Et quand cela se fait en silence dans l’âme par la pensée, n’est-ce pas opinion qu’il faut l’appeler? BEKKER, p. 231.

Ast reproche à Schleiermacher d’avoir traduit ici δόξα par Vorstellung, représentation, qui traduirait mieux φαντασία, et il propose de rendre δόξα par Urtheil, jugement. Dans le Théétète, j’ai traduit δόξα par jugement, parce qu’il importait d’y distinguer sévèrement la δόξα de l’αἰσθήσις. Mais il m’a paru qu’ici, et dans la plupart des cas, le mot opinion qui implique un acte de l’esprit, sans dire si c’est un jugement proprement dit ou une aperception immédiate, tenait le juste milieu entre la prétention de Ast et la traduction de Schleiermacher, entre une intuition de la pure imagination et une opération toute logique.