Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/857

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

En d’dutres termes : I’idee , dans Son rapport avec la chose qui en participe, suppose une autrfe idee plus generale, qui, dans son rapport avfec la pre- nriiere , suppose une troisiieme idee plus g^n^rale encore, et toujours ainsi a Tinfini. Voila juste I’ob- jection fondamentale d’Aristote con^re la theorie des idees (Metaphysique , liv. i , page 164 de ma traduction.)

Plus bas , dans le Parménide, Targumeht du second et du troisième homme idéal d’Aristote est présente sous une forme différente. « SOCRATE : Les idées sont naturellement comme des modèles ; les autres objets leur ressemblent et sont des copies , si par la participation deS choseis? aux idees -il ne faut entendre que la ressemhlance. Mais, reprit