Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/885

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


par 3, Mercure par 4, Mars par 8, Jupiter par 9, et Saturne par 27, nombres qui, dans le diagramme tel que nous venons de le construire en partant de 184, correspondent à ceux de 384, 768, 1152, 1536, 3072, 3456, 10368.


Page 135. — La terre, notre nourrice, roulée autour de l’axe qui traverse tout l’univers, a été faite pour être la productrice et la gardienne du jour et de la nuit… Bekker, p. 41 : εἱλλομένην δὲ περὶ τὸν διὰ παντὸς πόλον… (heillomenên de peri ton dia pantos polon…)


C’est le célèbre passage astronomique si fort controversé dans l’antiquité et chez les modernes. Aristote se fonde sur ce passage pour établir que Platon a fait tourner la terre sur elle-même ; mais Aristote est, dans l’antiquité, le seul qui soutienne cette opinion. L’opinion contraire est aujourd’hui à peu près démontrée. Voici les raisons qu’en donnent les plus habiles critiques, et ces raisons nous paraissent sans réplique.

1° Platon a toujours été considéré dans l’antiquité comme partisan de l’immobilité absolue de la terre.

2° Dans plusieurs endroits de ses ouvrages où il parle de l’équilibre de la terre, il ne dit pas un mot de son mouvement de rotation.

3° Si la terre suit le mouvement de l’axe du monde, le mouvement de la huitième sphère, qui est le même, devient nul par rapport à elle, et les étoiles fixes, qui