Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/915

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Page 229.

Platon attribue l’épilepsie à une perturbation du cerveau produite par la pituite et la bile noire. Telle est aussi la cause qu’Hippocrate assigné à la folie, De insania, etc. En général, dans toute sa médecine, Platon fait une grande part à la bile, et il peut être considéré comme humoriste.


Page 232. — Malheur qui peut arriver à tout le monde, malgré qu’on en ait. Bekker, p. 130 : παντὶ δὲ ταῦτα ἐχθρὰ ϰαὶ ϰαϰόν τι προσγίγνεται.

Je conviens que les meilleurs manuscrits donnent la leçon ϰαϰόν τι ; Bekker la maintient, et Stalbaum cherche à l’expliquer ; mais comme la conjecture de Cornarius, ἅϰοντι, est confirmée par deux bons manuscrits de Florence et du Vatican, je n’ai pas hésité à l’adopter. Cette maxime, que tout le monde peut avoir, malgré soi, recu du ciel ou des hommes un mauvais tempérament ou une mauvaise éducation, est comme le pendant de cette autre maxime platonicienne : Nul n’est méchant malgré soi : ϰαϰὸς ἐϰὼν οὐδείς. — Rien de plus sage et de plus beau que ce qui suit sur l’influence du corps sur l’âme, la contagion des exemples dont on est environné, et l’absence d’une doctrine qui enseigne le devoir à chacun de nous dès le berceau : d’où il résulte qu’il faut s’en prendre aux parents et au public plutôt qu’aux enfants, aux instituteurs plutôt qu’aux élèves, et qu’une sage indulgence est commandée par la justice.