Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/916

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Vient ensuite un petit traite d’hygiène qui est encore aujourd’hui tout aussi vrai et tout aussi applicable que du temps de Platon.

Le Timée est terminé par une explication de la formation des animaux, explication mêlée assez mal à propos d’un retour sur la métempsycose, laquelle a bien l’air ici d’être employée comme un pur ornement du discours. On se serait fort bien passé de cet ornement, qui dégrade au lieu de la rehausser la majesté des idées de Platon sur le règne animal et sur l’univers.