Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/971

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


SOCR. Et ils n'établiront pas dans les mêmes circonstances, tantôt une règle, tantôt une autre?

L'AMI. Non, certes.

SOCR. Et si nous voyons que quelques-uns agissent avec cette inconséquence, dirons-nous qu'ils sont habiles ou qu'ils sont ignorants?

L'AMI. Ignorants.

SOCR. Nous dirons donc que tout ce qui est bien est légitime en toutes choses, médecine, cuisine, jardinage.

[317c] L'AMI. Oui.

SOCR. Nous dirons que tout ce qui est mal est illégitime.

L'AMI. Il le faut.

SOCR. Ainsi dans les écrits sur le juste et l'injuste, et en général, sur l'organisation et le gouvernement de l'État, le bien est une loi vraiment royale, mais jamais le mal; le mal peut paraître une loi aux ignorants, mais il ne l'est pas s'il est toujours illégitime.

L'AMI. Oui.

[317d] SOCR. Nous convenons donc avec raison que la loi est la découverte de la vérité.

L'AMI. Il me semble.

SOCR. Poursuivons nos recherches : qui est-ce qui sait ensemencer la terre ?

L'AMI. L'agriculteur.

SOCR. Il sait donc distribuer à chaque sol la semence qui lui convient.?

L'AMI. Oui.

SOCR. L'agriculteur est donc un bon législateur pour les semences; ses lois et ses règles sont bonnes?

L'AMI. Oui.

SOCR. Oui est-ce qui sait régler les sons pour la mélodie, et mettre ensemble ceux qui se conviennent ? De qui viennent enfin les vraies lois en ce genre ?