Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome II.djvu/116

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


i€0 b CHARMIDE Ci

b délibération, ce n'est pas le plus lent, senihle-t-il, celui qui n'arrive pas à débrouiller ses résolutions ou ses idées, qui obtient la palme ; c'est le plus agile et le plus prompt à faire ce travail. » — « C'est exact. »

— α Ainsi, dans toutes les choses de l'esprit et du corps, ύ Gharmide, nous voyons la vivacité rapide l'emporter sur la lenteur difficile. » — « Il semble bien. » — « Alors, la sagesse n'est pas une lenteur, et la vie sage n'est pas une vie lente, en vertu de notre raisonnement, puisqu'une vie sage est nécessairement belle. Des deux sortes d action, en effet,

G celles qui sont accomplies avec lenteur nous sont apparues comme n'étant jamais, ou prescjue jamais, supérieures en fait à celles qui s'exécutent avec vitesse et force. Si donc, mort cher ami, les actions calmes, en mettant les choses au mieux, ne sont pas plus souvent belles que les rapides et les fortes, il en résulte que la sagesse ne saurait consister dans la len- teur plutôt que dans la rapidité et la force, soit qu'il s'agi.ssc de la marche, ou de la parole, ou de toute autre chose, et

d qu'une vie calme ne saurait être à ce titre plus sage qu'une vie active, puisque nous avons admis que la sagesse était une belle chose et puisque la rapidité ne nous est point appa- rue comme moins belle que la lenteur. » — « Ton opinion, Socrate, dit il, me parait juste. »

— ce Alors, repris-je, il faut que tu Nouvelle définition recommences à t' examiner avec plus et •

nouvel examen. d'attention encore, et quand tu auras découvert l'effet que produit en toi la présence de la sagesse, quand tu auras discerné le caractère qui lui permet de produire cet effet, alors, tout bien consi- déré, dis-moi exactement et courageusement ce que tu crois 6 qu'elle est^ » — Après un moment de silence et de réflexion vraiment virile : ce II me semble, dit-il, que la sagesse fait qu'on rougit de certaines choses et rend l'àme sensible à la honte ; je crois qu'elle est identique à la pudeur. » — c: Mais, dis-je, n'as-tu pas reconnu avec moi que la sagesse était une belle chose ?» — « Sans doute. » — « Et n*esl-il

��I . Cette fois, Charmide est invité à s'examiner lui-même et l'expli- cation est plutôt psychologique que simplement verbale.

�� �