Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome II.djvu/124

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


163 b GHARMIDE ù[>

aux choses dont tu parles les mots de α travail » et d* α action »^ il n'aurait vu rien de honteux dans le métier d'un corroyeur^ d'un fabricant de salaisons, d'un prostitué? N'en crois rien, Socrate : Hésiode, selon moi, distingue la fabrication de l'action et du travail, et il considère qu'une œuvre fabriquée peut attirer le blâme, si elle n'est pas accompagnée de beauté,

c tandis que le travail n'est jamais blâmable. Car ce qu'il appelait travail, c'était la création d'oeuvres belles et utiles, et les créations de cette sorte étaient à ses yeux des travaux et des actions. Il faut affirmer que celles-là seules étaient selon lui les affaires propres de chacun, et que tout ce qui est nuisible était chose étrangère. En sorte qu'Hésiode, comme tous les hommes sensés, appelait sage celui qui s'oc- cupe de ce qui le regarde. »

d — « Mon cher Gritias, lui dis-je, dès le début de ton discours, je crois avoir saisi ta pensée; j'ai compris que tu appelais bonnes les choses qui nous étaient propres et person- nelles, et que tu donnais le nom d'action à la création des choses bonnes : car j'ai cent fois entendu Prodicos discuter sur la signification des mots. Quoi qu'il en soit, j'admets que tu donnes aux mots le sens que tu voudras ; montre-moi seulement à quoi tu les appliques. Reprenons donc les choses de plus haut et définis avec précision ce que nous voulons

e dire : l'action ou la fabrication (peu importe le mot) qui pro- duit des choses bonnes, tu l'appelles sagesse? » — α Oui. .>

— « Celui qui agit mal, par conséquent, n'est pas sage, mais seulement celui qui agit bien. » — « Eh quoi ! très cher, serais-tu d'un autre avis? » — « Laissons cela, repris-je; il ne s'agit 'pas de ce que je pense, mais de ce que tu dis. »

— « Je dis donc, reprit-il, que celui dont les œuvres sont mauvaises, et non bonnes, n'est pas sage, et que le sage est celui dont les œuvres sont bonnes, et non mauvaises; je définis la sagesse l'action qui produit le bien : est-ce clair? »

— « Tu as peut-être raison ; mais ce qui m'étonne, c'est que

164 a tu parais croire que les sages ignorent qu'ils soient sages. » — α Je

né le crois pas du tout. » — « Ne me disais-tu pas tout à l'heure

��I. L'art de distinguer les diverses nuances des mots synonymes était une des inventions qui avaient fait la célébrité de Prodicoe. Cf. Hippias majeur, aSa c.

�� �