Page:Plaute - Comédies, traduction Sommer, 1876, tome 1.djvu/266

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ne peux rien obtenir, eh bien du moins je tirerai au sort et je vous battrai, toi et tes protecteurs.

CHALINUS. Bon, bon ! j’aurai la chance.

STALINON. Oui, la chance de périr sous les verges.

CHALINUS. Elle sera ma femme ; prenez-vous-y comme vous l’entendrez.

STALINON. Retire-toi de ma présence.

CHALINUS. Vous me voyez de mauvais œil, mais ce n’est pas cela qui m’empêchera de vivre. (Il sort.)

STALINON. Suis-je assez malheureux ? Tout ne tourne-t-il pas contre moi ? Je tremble que ma femme n’ait obtenu d’Olympion qu’il renoncerait à Casina. S’il en est ainsi, je suis un homme perdu. Si elle n’a rien gagné, eh bien ! le sort me laisse un peu d’espoir, et si la chance me trompe, je me précipiterai sur mon épée comme sur un bon oreiller… Mais voici Olympien, c’est à merveille.


SCÈNE V. — OLYMPION, STALINON.

OLYMPION, sortant de la maison, à Cléostrate. Sur mon âme, maltresse, faites-moi plutôt jeter dans un four ardent, et là, rôtissez-moi comme un biscuit ; car vous n’obtiendrez pas de moi ce que vous demandez.

STALINON, à part. Je suis sauvé, je puis tout espérer, d’après ce que j’entends.

OLYMPION. À quoi bon vouloir me faire peur en me parlant de ma liberté ? Quand vous ne le voudriez, ni vous ni votre fils, je puis, en dépit de vous deux, malgré vous, devenir libre pour quelques deniers.

STALINON. Qu’y a-t-il donc ? avec qui te querelles-tu, Olympion ?

OLYMPION. Avec celle qui vous cherche toujours dispute.

STALINON. Ma femme ?

OLYMPION. Elle, votre femme ! Bon, vous êtes comme le chasseur, vous vivez jour et nuit avec une chienne.

STALINON. Que veut-elle ? de quoi est-il question entre vous ?

OLYMPION. Elle me prie, elle me conjure de ne pas épouser Casina.

STALINON. Et que lui réponds-tu ?

OLYMPION. J’ai juré que je ne céderais pas même à Jupiter, s’il m’en faisait la demande.

STALINON. Que les dieux te conservent !