Page:Poe - Contes inédits traduction William L. Hughes, Hetzel.djvu/314

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

taisent, de peur qu’une âme aimante ne saisisse ce son lugubre et soit troublée dans sa joie céleste, tandis qu’elle planera sur la terre maudite ! Pour rejoindre les élus, le cher fantôme indigné s’arrache aux démons d’ici-bas, — il quitte l’enfer pour les hauteurs sublimes, — la patrie de la tristesse et du gémissement pour un trône d’or auprès du Roi des cieux. »



UN RÊVE DANS UN RÊVE


I

Ce baiser sur le front, prends-le ! Et avant de te quitter, laisse-moi te faire au moins cet aveu : Tu ne te trompes pas, toi qui supposes que mes jours ont été un rêve. Mais que l’espoir se soit envolé au bout d’une nuit ou au bout d’un jour, — qu’il m’ait donné ou non une seule illusion, en a-t-il moins disparu pour cela ? Tout ce que nous voyons, comme tout ce que nous semblons, n’est qu’un rêve dans un rêve.