Page:Poincaré - La Théorie de Lorentz et le principe de réaction.djvu/18

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Dans la théorie de Lorentz modifiée, cette fraction sera:

.

Si nous passons à la limite en faisant , cette fraction est égale à 1, de sorte que le recul est entièrement compensé par le mouvement de la matière des diélectriques. En d’autres termes, dans la théorie de Hertz, le principe de réaction n’est pas violé et s’applique à la matière seule.

C’est ce qu’on verrait encore à l’aide de l’équation (4 bis) ; si à la limite est nul, le terme qui représente la quantité de mouvement du fluide fictif devient nul aussi, de sorte qu’il suffit d’envisager la quantité de mouvement de la matière réelle.

D’où cette conséquence : pour démontrer expérimentalement que le principe de réaction est bien violé dans la réalité comme il l’est dans la théorie de Lorentz, il ne suffisait pas de montrer que les appareils producteurs d’énergie subissent un recul, ce qui serait déjà assez difficile, il faudrait encore montrer que ce recul n’est pas compensé par les mouvements des diélectriques et en particulier de l’air traversés par les ondes électromagnétiques. Cela serait évidemment beaucoup plus difficile encore.

Une dernière remarque sur ce sujet. Supposons que le milieu traversé par les ondes soit magnétique. Une partie de l’énergie ondulatoire se trouvera encore sous la forme mécanique. Si est la perméabilité magnétique du milieu, l’énergie magnétique totale sera :

,


mais une fraction seulement, à savoir :


sera de l’énergie magnétique proprement dite ; l’autre partie :