Page:Poincaré - Thermodynamique (ed. 1908).djvu/219

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée




CHAPITRE XI.


VAPEURS SATURÉES.


______



157. Vapeurs saturées. — Considérons l’unité de masse d’un liquide enfermé dans un espace clos par un piston ; si nous soulevons ce piston, une partie du liquide se vaporise, et, si l’on maintient la température constante, la pression de la vapeur conserve la même valeur, pourvu toutefois que le liquide ne soit pas complètement transformé en vapeur, en d’autres termes, pourvu que la vapeur reste saturée. Quand la température varie la pression change, mais pour chaque température elle prend une valeur constante quel que soit le volume v occupé par le système formé du liquide et de la vapeur. Cette pression, qu’on nomme tension maxima, est donc uniquement fonction de la température. Si nous négligeons l’action de la pesanteur, elle aura la même valeur en tout point du liquide et de la vapeur, et la relation fondamentale du système se réduit à

Formule


L’existence de cette relation permet de représenter complètement l’état du système au moyen de deux des va-