Page:Poincaré - Thermodynamique (ed. 1908).djvu/461

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


442 THERMODYNAMIQUE.

vient négatif, puisque dg., change en même temps de signe et que nous venons de voir que H conserve la même valeur ; quant aux autres termes, ils ne changent pas non plus de valeur. Ces équations restent donc les mêmes quel que soit le signe de dz ; par suite, le système, quand il revient vers son état initial, repasse exactement par les états qu’il a pris encartant de l’état initial ; les transformations sont donc réversibles.

327. Mais nous avons vu que, dans le cas des systèmes incomplets, L peut s’exprimer par une fonction du troisième degré des q. Par suite L, dans ces conditions, change de valeur avec le signe de dt. Les phénomènes irréversibles pourraient donc avoir. lieu avec les systèmes incomplets ; c’est ce qu’admet Helmholtz.

Mais l’illustre physicien a recours également à une autre interprétation, d’ailleurs analogue. Supposons que, pour quelques-uus des paramètres à variation rapide p, , les quantités P, soient nulles. Nous désignerons ces paramètres par la notation p, . Il vient alors rise : igf :- Pedt.-: o.

qe

Les s, sont donc des constantes que j’appelle s2. Les relations s, : sg

me permettront d’éliminer les quantités q, et de ne conserver comme variables indépendantes que les p., et les q, (non compris les q,).