Page:Poincaré - Thermodynamique (ed. 1908).djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


peut en construire qui diffèrent très peu d'un cycle réversible. La différence peut devenir aussi petite qu'on le veut, mais à la condition que le cycle soit parcouru d'une façon infiniment lente.

40. Le coefficient économique d'un cycle de Carnot est maximum

On appelle rendement ou coefficient économique d'un cycle le rapport de la quantité de travail produite à la quantité de chaleur empruntée à la source chaude.

Considérons deux machines M et M' fonctionnant entre les mêmes limites de température et . Supposons que le corps C qui se transforme dans la première et que le corps C' de la machine M' décrive un cycle quelconque. Carnot démontre que dans ces conditions le coefficient économique de la machine M' est au plus égal à celui de M. En d'autres termes, on doit avoir


étant le travail correspondant au second cycle, et la chaleur empruntée à la source chaude par C', lorsque ce corps décrit ce cycle.

41.

Carnot arrive à ce résultat en démontrant que l'hypothèse

conduit à admettre la possibilité du mouvement perpétuel. Voici son raisonnement.