Page:Pompery - Quelennou var labour pe gonnidegues an douar, 1851.djvu/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


-93»:

classe, parce que, s'identif‍ient plus‘ facilement avec‘ le sol, il produit un effet immédiat, tandis que le maérl ne peut agir que lentement et à mesure qu'il se décompose. D'ailleurs, le sable par sa ténuité est plus facile à répandre} à quantité égale, il couvrira une plus grande superficie que le maerl ; il y a donc économie de dépense et de cbarroi dans l'emploi du sable; néanmoins, le maërl doit lui être préféré pour les terres fortes, j'en ai donne’ ci-dessus la raison.

Il est à remarquer que les amendements calcaires Pilîssavnis produisent des effets beaucoup plus sensibles dans JHËÎÊÏM, les régions qui s'éloignent de la mer que dans celles n. {mesure qui Tavoisinent. On obtient d’étonnants résultats, "i""l"l‘“" dans les terres de l'intérieur du département, en ré- pandant par hectare une minime quantité de ces

substances. Cet avantage compense Pexcédant des

frais de transport que l'éloignement occasionne aux cultivateurs de ces localités. Le seul moyen de ferti-

liser nos terres légères éloignées de la côte, de rendre possible le défrichement de ces vastes landes qui dé-

solent continuellement les regards du voyageur, c'est

de favoriser l'apport des calcaires dans cette région

par la création de communications faciles, de façon

à mettre adondammeat ces matières à la portée des populations.

La terre légère exige un fumier plus consommé ‘L. m,

que la terre forte, parce qu'elle ne peut se bien assi- ÎÏÊZÂËÇΑ

miler les gros fumiers, qui ont, en outre, Pinconvé- ‘°"‘°“'"“"‘ 2.