Page:Pompery - Quelennou var labour pe gonnidegues an douar, 1851.djvu/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


M. L. de Kerjégu, directeur de la ferme-école de Trévarez, _a employé avec succés la tourbe dans fes fumiers. Voici comment il procéde: la tourbe est ex-

0

Emplui

de la Iuurbe

dans les fnmicrs fail

traite en automne, ensuite on la divise et on la brise 5 “°'°°'° “°

grossiérenient pour la rendre plus accessible 51 Pac- tion de Patmosphére et des gelées qui la débarrassent des principes acides, nuisibles in la végétation; qu’el'le contient dans. son état primitif. Au bout de quelques mois on peut Pemployer £1 augmenter la masse des fuixiiersxen la mélangeant par couches, lorsqu’on for- me les tas, ou bien en en répandant un lit dans l‘é- table chaque fois qu’on, la vide , ou bien encore en la déposant dans une fosse spéciale oil on l’arrose de l‘excédant~de purin dont on dispose, En la faisant brf‍iler, on pent en obtenir de trés-bonnes _cendres pour les blés noirs, navets, tréf‍les ou autres recoltes. Sur nos cotes et danstoutes leslocalités qui en sont £1 portée, on fait. un trés-grand usage des varechs, fu- cus, algues rnariries, plus connus sous la dénomina- tion de goémons. De tous les engrais végétaux, ceux- ci sont les plus puissants, et ils doivcnt surtout leiirs qualités fertilisantes aux sels qu’ils ‘contiennent en grande quautité. Plus les goémons sont gras et feuil- lus, plusilscoiitiennentuiieugrais énergiqueét riche.

Dans certaines contrées, on se sert éncore comme

engrais des récoltes enfouies en vert, pour suppléer in l’insuf1‘1sance des fumiers, ou pour éviter les diffi-

cultés du transport dans les terres éloignées de l’ex-

Trévarez.

Cemlre dc lourbe cxcellenle pm)!‘ les 1)léSIlUil‘S,' navcts, etc.

Goémons ou varechs.

Bécolles cnfomes en vert comme engrais.