Page:Potier de Courcy - Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1890, tome 1.djvu/10

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


NOBILIAIRE

ET

ARMORIAL DE BRETAGNE


INTRODUCTION DE LA PREMIÈRE ÉDITION

publiée en 1846.



Aujourd’hui que la noblesse n’a plus de privilèges, la publication d’un ouvrage héraldique peut sembler un anachronisme. Nous avons à dire quels motifs nous ont déterminé à tenter celle d’un Nobiliaire de Bretagne et à quelles conditions nous en avons compris l’utilité.

L’abolition des privilèges, dont on oublie trop souvent que la noblesse fit elle-même le généreux abandon dans la fameuse nuit du 4 août 1789, n’a pu effacer tout un passé de gloire et d’honneur, et les esprits les plus exigeants en fait d’égalité sociale ne sauraient repousser ces souvenirs de famille, ces hommages à la mémoire des aïeux, que résume en quelque sorte un Nobiliaire. Il y a plus : l’histoire particulière d’un corps illustre, que les anciennes constitutions de la Bretagne ont appelé pendant plusieurs siècles à exercer sur la société une influence prépondérante, est assurément essentielle à connaître pour l’intelligence de l’histoire générale de notre province. Aussi est-ce une tâche sérieuse que nous avons entreprise. On ne trouvera dans notre travail, tout de patience et d’érudition, rien de frivole, rien d’asservi à des intérêts actuels ; nous n’avons pas voulu flatter les amours-propres, spéculer sur les vanités, ou chercher par des révélations malveillantes un succès de scandale. Notre but est plus élevé, et consiste à présenter le tableau historique de la noblesse bretonne. Nous avons donc cru devoir traiter avec le même soin les articles consacrés aux familles éteintes même depuis plusieurs siècles, et ceux relatifs aux familles existantes.

Si nous sommes parvenu au but que nous nous proposions, notre recueil sera aussi bien consulté par les archéologues et les historiens qui s’occupent de nos origines, que par les gentilshommes dont les noms y sont consignés. Il nous a semblé, de plus, qu’à une époque où l’absence de toute pénalité a favorisé les usurpations