Page:Potier de Courcy - Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1890, tome 1.djvu/149

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
112
BOI

Anc. ext. chev., réf. 1669, six gén., réf. de 1426 à 1513, par. de Luitré et la Chapelle-Janson, év. de Rennes.

Fretté d’argent et de sable de six pièces.

Jacques, fait une fondation au prieuré de Sainte-Croix de Vitré en 1158 ; Louis, épouse vers 1473 Jeanne de Parthenay, fille de Bertrand, sr de Chalain et de Philippotte de Chateaubriand ; deux chevaliers de l’ordre du Roi en 1570 et 1594.


Boislève (orig. d’Anjou), sr de la Brisardière, — de la Maurousière, — de la Gillière, — du Planty, — de Noirieux, — de Soucelle, — du Plessix, — de Chamballan, par. de Rougé, — de Malnoüe, — de la Bauche, par. de Bouguenais.

Ext., réf. 1671, trois gén., ress. de Nantes.

D’azur à trois sautoirs alésés d’or ; aliàs : au chef d’azur cousu d’or, chargé de trois fleurs de lys de même, par concession du Roi en 1598, pour la branche de la Maurousière.

Marin, épouse en 1510 Simonne Quentin, dont : François, avocat en la sénéchaussée d’Angers en 1560 ; Marin, fils du précédent, lieutenant-général du duché d’Anjou en 1590, créé chevalier en 1597 par lettres patentes d’Henri IV.

Plusieurs conseillers et présidents aux enquêtes du parlement depuis 1577 ; Gabriel, abbé de Saint-Aubin-des-Bois en 1638, de Saint-Georges-sur-Loire, au diocèse d’Angers, de Sainte-Marie de Bardoues, au diocèse d’Auch et évêque d’Avranches, † en 1667 ; un brigadier de cavalerie, † en 1747.


Boislève, sr des Roches, — de la Nobillière, par. de Sainte-Luce, — de la Pageaudière.

Maint. par les commissaires en 1700.

D’argent à trois roses de gueules, au chef d’azur, chargé de trois sautoirs d’or.

Cette famille, qui a la même origine que la précédente, a produit : Etienne, échevin de Nantes en 1577, marié à Marguerite Javelle et Robert, maître des comptes en 1622.


Boismellet (du).

De gueules à la tour d’argent (Arm. de l’Ars.).


Boismoron (du).

D’azur à deux chevrons d’hermines. (G. le B.)

Briant et Margerie sa compagne, font une fondation à Boquen en 1259.


Boisnay (de), par. de Vieux-Bourg de Quintin.

Déb., réf. 1669, ress. de Saint-Brieuc.


Boisorhand (du), sr dudit lieu et de Noyal, par. de Sixt, — de la Quiennais, par. de Bruc, — du Boismacé et de la Guerche, par. de Pornic, — de la Rigaudière, par. de Chauvé, — du Bois-Joli, par. du Clion, — de la Mettrie, — de la Motte, — de la Sicaudais, par. d’Arthon.

Anc. ext., réf. 1669, quatre gén., réf. et montres de 1427 à 1536, par. de Bruc, Sixt et Carentoir, év. de Saint-Malo et Vannes.