Page:Potier de Courcy - Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1890, tome 1.djvu/155

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
118
BON


Bonnescuelle (orig. de Champagne), sr de la Fontaine-Ménard, — de la Roche-Durand, — baron d’Orgères, par. de ce nom en 1774.

D’or au lion de gueules ; aliàs : écartelé d’argent à la corneille de sable, traversée d’une lance de même en barre, qui est Pappe.

Deux secrétaires du Roi depuis 1712 ; un maréchal-de-camp en 1784, créé comte par lettres de 1777.

Fondu dans Michel de Monthuchon.


Bonnet, sr de Boisguérin.

D’azur à dix billettes d’or (Sceau 1552).

Jean, homme d’armes dans une montre de 1419.


Bonnet, sr de la Verdière, — de Chambardet, — de la Gironnière, par. de Sainte-Luce.

D’azur à trois trois triangles vidés d’or (Arm. 1696).

Deux auditeurs des comptes de 1725 à 1754.


Bonnetier (le), sr de la Bareille, par. de Vertou, — de Belabord et de la Blancheterie, par. de Châteauthébault, év, de Nantes.

D’azur à l’ancre d’argent et deux dauphins d’or, brochants en sautoir.

Un correcteur et un maître des comptes en 1720 et 1756.


Bonnier, sr de Lorgerais, par. de Rougé, — de la Mabonnière, par. de Soulvache, — de la Chevalerais, par. de Louisfert, — de la Coquerie, de la Gaudinais et de la Chapelle, par. de Saint-Aubin-des-Châteaux, — de Champagné, — des Grées, par. de Saint-Mars du-Désert, — de la Mottais, — de la Dobiais, — de Chézine, de la Haultière et de Launay-Dionis, par. de Chantenay, — de Langlermine, par. de Pontchâteau, — de la Pincherie, par. de Saint-Columbin, — de la Hamerais, par. de Cordemais, — de la Bretesche, — d’Ust, par. de Saint-André-des-Eaux.

Ext. réf. 1668, quatre gén., montre de 1544, par. de Louisfert, év. de Nantes.

D’argent à trois trèfles de sinople.

André, secrétaire du Roi en 1572 ; Mathurin et François son frère, anoblis en 1594 ; Pierre, fils de Mathurin, époux de N. Foucault, député vers la reine Elisabeth en 1594 ; Jean, sénéchal de Rennes en 1608, † 1632 ; un président aux enquêtes et trois présidents à mortier de 1597 à 1696.

On trouve Louis Bonnier et Briant son fils, praticiens et notaires de cour laïque, non contribuants pour ladite cause et pour ce qu’ils disent être nobles, réformation de 1427, paroisse de Saint-Georges de Rennes ; Guillaume, secrétaire du duc en 1444 ; René, maître des comptes en 1544.

Les srs des Granges, paroisse de Saint-Suliac et du Breil, paroisse de Thourie, déboutés à la réformation de 1670, ressort de Rennes.


Bonnier, sr de Brénolou, par. de Motreff.

Réf. et montres de 1536 à 1562, dite par., év de Cornouaille.