Page:Potier de Courcy - Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1890, tome 1.djvu/271

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Briant, sire de Chateaubriant, vivait en 1056; Clément, évêque de Nantes en 1227 ; Geoffroi, croisé en 1248 combattit vaillamment à la Massoure et épousa 1o Sibille, qui mourut de joie, à son retour d'Afrique ; 2o Amaurie de Thouars ; Briant, amiral de Bretagne en 1450 ; Georges, maître de la vénerie du Roi en 1481; Gabriel, maréchal de camp en 1649 ; François, abbé d'Evron au diocèse du Mans † 1519 eut pour successeur René, son neveu ; six chevaliers de l'ordre du Roi de 1568 à 1615.

La branche ainée s'est fondue en 1383, dans la maison de Dinan, d'où la baronnie de Châteaubriand a passé successivement aux maisons de Montfort-Laval, Montmorency et Bourbon-Condé ; la branche des Roches-Baritaut s'est éteinte en 1671.

L'illustre écrivain de ce nom, pair de France, chevalier des ordres du Roi, ministre et ambassadeur de nos jours, † 1848, frère puiné d'un conseiller au parlement de Rennes en 1779, dont la postérité existe, était d'une branche cadette de cette maison, issue des srs de la Guérande. Deux membres de cette branche ont été admis aux honneurs de la Cour en 1787 et 1788.


Chateaudacy (de), voyez Loquet.


Chateaudérech (de), sr dudit lieu et de Kerjuhel par. de Questembert.
Réf. et montres de 1448 à 1536, dite par., év. de Vannes.

Jean, maître d'hôtel du roi Louis XII en 1510.


Chateaufremont (de), sr dudit lieu, par. de Saint-Herblon, — des Roussières, év. de Nantes.
Porte une fasce (Sceau 1116).

Olivier, témoin d'une donation au prieuré de Pontchàteau en 1116, fit une donation aux moines de Pontron en 1199. Cette famille s'est fondue vers 1230 dans les Le Felle d'où la châtellenie de Chateaufremont a été possédée par les d'Avoir et les du Bueil qui la vendirent au duc de Bretagne en 1431 ; Madeleine, petite-fille de François, fils naturel du duc François II, la revendit en 1574 à Jean de Mesanger ; en 1627 elle fut acquise par Claude des Houmeaux, dont la fille l'apporta en mariage aux Cornulier en faveur desquels elle a été érigée en marquisat l'an 1683. Voyez Cornulier.


Chateaufur (de). sr dudit lieu. par. de Plounévez-Lochrist, — de Kerrolland, par. de Tréflez, — de Lannorgar, par. de Trefflaouénan, — de Pontplancoët, par. de Plougoulm, — du Hellan, — de Kerdivez, — de Kerasquer.
Anc. ext., réf. 1671, huit gén. et arrêt du parl. de 1787 ; réf. et montres de 1426 à 1536. par. de Plounévez-Lochrist, év. de Léon.
D'azur au château d'argent. Devise : Var an tré ha var al lano, Castelfur eo va hano. (Au jusant comme au flux, Châteaulfur est mon nom).

Alain, vivant en 1139 épouse Mahaud Maheuc ; Hervè, son fils épouse en 1170 Marguerite de la Rive.

La branche ainée fondue en 1611 dans Quélen puis Montigny (famille éteinte).


Chateaugal (de) sr dudit lieu et du Granec, par. de Landeleau, év. de nornouaille.
De gueules à trois châteaux d'or.

Jeanne, abbesse de la Joie en 1370, † 1390.