Page:Potier de Courcy - Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1890, tome 1.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
17
ARG

La branche aînée fondue dans Lêvesque de Saint-Jean qui prit le nom d’Arel, vers 1513, d’où la terre de Kermarquer est passée aux Budes de Blanchelande, Anzeray, puis Coëtrieux.

La branche de Kermerc’hou fondue dans Le Bigot, puis Botherel, Rosnyvinen et Visdelou de Bédée.


Argent (d’), sr de la Villerogon, par. de la Bouillie.

Réf. de 1423 à 1476, par. de la Bouillie et Maroué, év. de Saint-Brieuc.

Échiqueté d’argent et de gueules.


Argentaye (de l’), sr dudit lieu, par. de Saint-Lormel.

Réf. de 1423, dite par., év. de Saint-Brieuc.

D’argent à une bande vivrée de gueules, accomp. de six merlettes de même en orle (Sceau 1381). comme Hus.

Guy, époux en 1220 de Marguerite de Dinan, dame de Plancoët.

Pierre, ratifie le traité de Guérande en 1381.

Fondu dans Malestroit, puis Montbourcher, Rosmadec, Scliczon, Lesquen et Rioust.


Argentaye (de L’) ou Largentaye (de), voy. Rioust.


Argenton (d’) (orig. du Poitou), sr dudit lieu et d’Hérisson en Poitou, — de Kermouster, par. de Plougaznou, — de Kerambartz, par. de Plouégat-Guérand.

Réf. et montres de 1427 à 1543, dites par., év. de Tréguier.

D’or à trois tourteaux de gueules, l’écu semé de croisettes recroisettées d’azur (Sceau 1420).

Guillaume, gouverneur du dauphin, depuis Louis XI, en 1433.


Argentré (d’), sr dudit lieu et de Launel, par. d’Argentré, — de Montmorel, par. de Chateaubourg, — de Betton, par. de ce nom, — de Gosnes, par. de Noyal-sur-Vilaine, — de Chambellan, — d’Orgères, par. de ce nom, — du Val, — de la Guichardière, par. de Cornillé, — de Forges, par. d’Acigné, — de la Boëssière, par. de ce nom, — de Taillis, par. d’Erbrée.

Anc. ext. chev. réf. 1668, dix gén., réf. et montres de 1427 à 1513, par. d’Argentré et Erbrée, év. de Rennes.

D’argent à la croix pattée d’azur. Devise : Porta cœli, crux.

André, jure l’assise du comte Geoffroy, en 1213 ; Bertrand, sénéchal de Rennes, célèbre jurisconsulte, † 1590 ; Charles, son fils, président aux enquêtes en 1602.

La branche aînée fondue 1390 dans Marcille ; la dernière branche éteinte au XVIIe siècle.


Argentré (d’), voy. Plessis (du).


Argouges (d’) (orig. de Normandie, y maint. en 1463, 1599 et 1666), sr dudit lieu, — du Plessis-Paté et de Bondoufle, prês Corbeil, — de Chercois, — de Montpipeau, — de Fontaines, — de Faye, — des Grèves, — de Fleury, — marquis de Ranes, au Perche, — baron de Pont-l’Abbé.

Ecarlelé d’or et d’azur, à trois quintefeuilles de gueules brochantes.

François, premier président au parlement de Bretagne en 1661, père de : 1º Florent, conseiller au même parlement, en 1671 ; 2º de Francis, évêque de Vannes, † 1716. Trois lieutenants généraux des armées de 1677 à 1780 (Famille éteinte).

Tome I.
3