Page:Potier de Courcy - Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1890, tome 3.djvu/123

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


La branche de Montbazon fondue dans Sainte-Maure, d’où la seigneurie de Montbazon a appartenu successivement aux Craon, la Rochefoucauld, du Faou et Rohan, en faveur desquelsellea été érigée en duché-pairie en 1588.

Le sr de la Grandonnière, paroisse de Vay, débouté à la réformation de 1668.

  • Savignhac (de) (orig. d’Auvergne), sr de la Villevoisin, par. d’Augan, — de la Roche, par. d’Allaire. Ext., arrêt du pari, de 1777, sept gén. (Etats 1786.) D’argent au chevron brisé de gueules, accomp. de trois trèfles de sable.

Philippe, commissaire des guerres et contrôleur général des écuries du Roi, anobli en 1609 ; un page du Roi en 1787.

Cette famille s’est alliée en Bretagne aux Moulin du Brossay et aux Boisbaudry.

Savonnières (de) (orig. d’Anjou), s’de la Bretesche, — de la Troche, — de l’Espinay, par. de Carquefou, — du Bois, par. de Machecoul, — du Genest-Jahan, par. de SaintMesme.

Anc. ext. chev., réf. 1670, huit gén., par. de Maumusson, év. de Nantes. De gueules à la croix pattée d’or (Sceau 1548).

Jean, vivant en 1450, épouse Anne Rougebec, dont : Félix, marié en 1479 à Anne de Brie, de la maison de Serrant ; Jacques, abbé de Meillerai en 1556 -, Mathurin, évôque de Bayeux en 1583 ; cinq chevaliers de Malte depuis 1550 ; Charles, fils de Jean et de Guyonno de Beauvau, se fixa en Bretagne, où il épousa en 1597 Jeanne de Bréhand.

Plusieurs chevaliers de l’ordre et deux gentilshommes de la chambre depuis 1587 ; un conseiller au parlement en 1639, † 1689, marié à Marie Goddes de Varennes, intime amie de M»« de Sévigné qui la surnommait Trochanire ; un lieutenant des gardes-du-corps en 1679, brigadier de cavalerie en 1691, tué la même année au combat de Leuze -, un grand bailli de Malte, chef d’escadre et commandant des galères de France en 1750; un lieutenant des gardes-du-corps, tué en défendant le Roi aux journées d’octobre 1789, à Versailles.

Un membre admis aux honneurs de la cour en 1781.

Saxe (de), sr de la Cocherais, par. de Hédé, — de Bricquerault, par. de Bazouges. Déb., réf. 1668, ress. de Hédé.. D’azur à la croix dentelée d’or (Arm. i696).

Scaff ou Scanff (le), en français Léger, sr de Dréorz, par. de Priziac, — du Fresque, de Kerancaudren et de Kerléau, par. de Melguen, — du Désert, — duPellineuc, par. de Canihuel, — de Penguilly, par. de Plouray.

Réf. et montres de 1426 à 1536, par. de Priziac et Plouray, év. de Vannes ; Melguen, Spézetet Canihuel, év. de Cornouaille. D’argent à la croix engreslée de sable (Arm. de l’Ars.), comme Dréorz.

Alain, moine de Prières, témoin au testament d’Hervé de Léon en 1363. La branche du Dréorz, fondue au xvi« siècle dans Talhouët-Kerservant ; la branche de Penguily fondue au xvi’ siècle dans le Grand, puis Rolland, Bahuno et duBouetiez.

Scaff (le), sr de Kerriel, par. de Tréglonou, — de Kergoôt, par. de Guiclan. Réf. et montres de 1427 à 1538, par. de Plouguin, év. de Léon.