Page:Potocki - Dix journées de la vie d’Alphonse Van-Worden, 1-3.djvu/175

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


DIX JOURNÉES


DE LA VIE


D’ALPHONSE VAN-WORDEN.


QUATRIÈME JOURNÉE.


J’avois dormi plusieurs heures lorsqu’on vint me réveiller. — Je vis entrer un moine de Saint-Dominique, suivi de plusieurs hommes de très-mauvaise mine. Quelques-uns portoient des flambeaux, d’autres des instrumens qui m’étoient tout à fait inconnus, et que je jugeai devoir servir à des tortures. Je me rappelai mes résolutions et je m’y raffermis. Je songeai à mon père ;