Page:Potvin - Peter McLeod, 1937.djvu/127

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
125
Peter McLeod


— XII —

Le Haut-Saguenay à son Rocher Percé. C’est un endroit pittoresque à souhait qui se trouve tout au bord du lac découvert par le Père De Quen, à trois milles à l’est de l’embouchure de la Métabetchouan. On voit là un cap coupé par le milieu d’une profonde faille. De là ce nom de Rocher Percé.

Les indiens de la région ont conservé la tradition d’un massacre qui eut lieu en cet endroit aux premiers jour du Canada alors que la fière nation iroquoise faisait la guerre aux autres tribus indiennes et particulièrement aux Algonquins, tribu ancêtre des Montagnais de nos jours… Une année, les Sept Nations décidèrent de balayer le pays entier de leurs ennemis. Ils descendirent, plusieurs milliers, dans la vallée du Péokwagamy. Ayant semé la mort tout autour du lac, un parti d’un millier d’hommes parvint un jour, à l’est du lac, en face d’un beau cap qui faisait le dos rond tout au bord du lac et semblait séparé en deux parties par une gorge profonde. C’était le Rocher Percé.

Voilà qu’en y arrivant, les Iroquois apprennent qu’une armée de plus de cinq cents Algonquins descend vers le lac, de l’autre côté du cap. En effet, peu