Page:Potvin - Peter McLeod, 1937.djvu/67

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
65
Peter McLeod


— VII —


À l’Anse-au-Cheval on s’amusait moins.

Depuis six jours, Fred Dufour et quelques-uns des hommes du Campe étaient à la recherche de Tommy Smith et des autres bandits de « l’honorable Compagnie » qui avaient au préalable commis toutes sortes de déprédations dans la coupe : des grumes de pin et d’épinettes brisées à coups de hache, de belles épinettes marquées pour l’abattage du lendemain, coupées par la moitié du tronc, des sentiers tracés à la raquette comblées, enfin, toutes sortes d’autres frasques qu’on n’hésitait pas à qualifier d’actes criminels.

Mais où étaient-ils ?

Tommy Smith avait donné une preuve indiscutable de sa présence dans la région. On sait que le matin de l’arrivée de Fred Dufour au Campe, entendant marcher autour de la cambuse, un homme avait ouvert la porte et avait vu s’enfuir un individu sous bois en même temps qu’un papier tombait de la clanche.

D’où pouvait venir ce papier et que contenait-il ?

« Ce qui est certain », gouailla l’homme, « c’est que c’est pas un billet de ma blonde ».

« Ni une invitation à aller danser chez Jean Gauthier, à Chicoutimi », dit un autre.